Cleopatra Lorintiu: „En cours d’apparition“

Jean-Pierre Longre, traducteur et professeur de Lyon prépare pour un numéro spécial de la revue des NEF (Nouvelles études francophones, émanant de nos collègues américains du CIEF) sur les « Francophonies en Europe », numéro dont la sortie est prévue pour la fin 2007, un étude sur la poésie Roumaine .L’axe principal du numéro est l’écriture poétique actuelle.

L’article fait référence aux origines (à partir par exemple de Macedonski) et l’évolution (les poétesses du début du XX e siècle., Tzara et Dada, Voronca, Fondane, Isidore Isou, Ghérasim Luca .

« Comme le responsable de la publication m’a demandé de me charger de ce qui concerne la francophonie roumaine, je prévois, après quelques considérations sur les origines (à partir par exemple de Macedonski) et l’évolution (les poétesses du début du XXe s., Tzara et Dada, Voronca, Fondane, Isidore Isou, Ghérasim Luca; je prévois, donc, de dresser une sorte d’état des lieux (qui évidemment ne sera pas exhaustif) des poètes roumains ou d’origine roumaine actuels publiant tout ou partie de leurs oeuvres en français »a déclaré l’auteur.

Jean-Pierre LONGRE est chercheur et Maitre de conférences en Littérature à la Faculté des Lettres et Civilisations de Lyon . Sa thèse soutenue en 1998 à Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle sous la direction : de Mme le Professeur C. DEBON était Théâtre et théâtralité dans l’œuvre de Raymond Queneau. Les axes de recherche dans son œuvre sont :
– Raymond Queneau (en particulier théâtre et roman)

– Littérature francophone (en particulier Belgique et Roumanie)

– Arts comparés (littérature et musique, littérature et arts plastiques)

– Littérature d’aujourd’hui (parutions récentes : roman, poésie, théâtre, essai littéraire…)

Livres :Capitale de la Douleur, de Paul Éluard, Paris, Éditions Bertrand-Lacoste, coll. « Parcours de lecture », 128 p., 1990, (rééd. 1992). ;Loin de Rueil, de Raymond Queneau, Paris, Éditions Bertrand-Lacoste, coll. « Parcours de lecture », 128 p., 1991. ;Musique et littérature, Paris, Éditions Bertrand-Lacoste, coll. « Parcours de lecture », 128 p., 1994.des essais sur l’œuvre de Raymond Queneau, Jean Prévost ,Du Bellay, Jean Tardieu.En collaboration : Romans de Raymond Queneau, tome I (ouvres Complètes II), sous la direction de M. Henri Godard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, mai 2002. ; La Nouvelle francophone de Belgique et de Suisse (sous la direction de Mireille Hilsum et Jean-Pierre Longre), Publications du CEDIC, Université Jean Moulin Lyon 3, mai 2004., Raymond Queneau en scènes, 1 volume, 285 pages, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), février 2005. et Jean Prévost aux avant-postes (sous la direction de Jean-Pierre Longre et William Marx, préface de Jérôme Garcin), Les Impressions Nouvelles, Paris-Bruxelles, février 2006.

Parmi les articles dédiés aux auteurs Roumains : « Passage de frontière et exil linguistique. Réflexions sur Le mot sablier de Dumitru Tsepeneag ». Revue Lettres et cultures de langue française (A.D.E.L.F.) n° 24, 1er semestre 1999, « Francofonie româna si literatura franceza », traduit en roumain par Dana Nica. Revue Cronica, Iasi, Roumanie, avril 2002, p. 23-24. « Francophonie roumaine et littérature française ». Communication faite lors des « Journées de la francophonie », Université de Iasi (Roumanie), 20-23 mars 2002. Publié dans La francophonie : espace ou frontières ?, textes réunis par Doina Spita, éditions universitaires « Alexandru Ion Cuza », Iasi, 2003« Avant-garde roumaine et littérature française », in Francophonie roumaine et intégration européenne, sous la dir. de Ramona Bordei-Boca, Université de Bourgogne, 2006, « De la nuvela la film : Roman de citit în tren, vriatiuni pe tema Asteptare » (« De la nouvelle au cinéma : Roman de gare, variations dur l’Attente »). Article traduit en roumain par Nicolae Bârna, Caietece critice n° 7 (201) / 2004, publié sous l’égide de l’Académie Roumaine .Personnalité dans le monde de la recherche littéraire, Jean -Pierre Longre est un passionné de la Roumanie, connu dans le milieu universitaire pour ses contributions à la recherche de la francophonie et ses activités non associatifs, en soutenant les « causes roumaines ».

CLEOPATRA LORINTIU

(www .cleopatra-lorintiu.com)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :