~Poemes par Dorin Popa

PARMI LES BARREAUX J’APERÇOIS

Parmi les barreaux j’aperçois
L’écoulement fragile du destin
L’hiver n’est pas tout à fait venu
Que le printemps s’envole déja

Je n’eus pas le temps
Car tu t’es déja éloignée
Définitivement

Et depuis que la mort
M’a pris tendrement la main
J’ai commencé à vivre.
________________
CONFESSION EN DÉCEMBRE

J’ai si souvent demandé à l’autre
De regarder les choses en face
Mais moi je m’en suis détourné

Toutes mes condamnations
Se sont traînées devant moi des années
Mais je n’ai pas voulu les suivre
N’ai pas su les comprendre
N’ai pas pu les apercevoir
Jusqu’au bout

Rien,
Jamais je n’ai su expier
Jusqu’au bout

Seule la jeunesse passe
Seule la gaité passe
Seule la vie passe
Ma culpabilité demeure entière ;

Rien,
Jamais je n’ai su expier
Jusqu’au bout

J’ai toujours, sévèrement demandé à l’autre
De regarder les choses en face
Mais moi je m’en suis détourné

Et maintenant que je n’attends plus rien
Mon espoir est plus fort que jamais.
DORIN POPA

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :